Au pied du mur, après avoir cherché tous les « trucs et astuces » auprès de son entourage, le verdict est là : j’ai besoin d’un avocat.

 

On peut avoir besoin d’un avocat pour entamer une procédure ou tout simplement avoir un conseil : éviter de faire des bêtises est le premier pas vers la résolution d’un litige.

Mais, comment le choisir ?

Différentes techniques existent :

- Les pages jaunes
Vous le constaterez très vite, cela ne restreint que très peu le champ de recherche. A Lille, nous sommes déjà plus de 1.000.
Certains affichent leur spécialité. C’est déjà un critère de référence à ne pas négliger.
La spécialité atteste de ce que l’avocat en question a suivi une formation particulière dans le domaine qui vous intéresse.

- Internet
Certains voudront vérifier si l’avocat en question a un site Internet.
Longtemps boudé par les avocats, il n’en demeure pas moins que le site internet démontre que l’avocat en question n’est pas totalement réfractaire au monde moderne.
Curieusement, pour certains clients, c’est un avantage, pour d’autres, c’est rédhibitoire.
A mon sens, un avocat doit rester ouvert à la façon dont évolue la société au risque de passer à côté de certains arguments.

- Le bouche à oreille
C’est souvent par ce biais que l’on choisit son avocat.
Une critique élogieuse ou négative de la part de la belle-mère, la sœur, le cousin ou le voisin sur tel ou tel avocat qui a défendu son dossier peut être décisive.
De fait, certains adversaires qui ont perdu peuvent nous envoyer des clients…
N’oubliez pas, néanmoins, que le client n’est pas forcément le plus objectif pour analyser son propre dossier.

Toutefois, la meilleure technique pour choisir définitivement son avocat reste la prise de contact.

Cela peut signifier devoir payer une, deux ou trois consultations avant de trouver le bon. Je rappelle que changer d’avocat en milieu de procédure coûte beaucoup plus cher.

Une relation avec un avocat est essentiellement basée sur la confiance. Je rappelle qu’elle doit être réciproque.

Un avocat ne vous jugera pas, ce n’est pas son job. Inutile donc de lui mentir. Il finira, de toute façon, par le savoir.

Un bon avocat n’est pas non plus celui qui vous approuvera de façon inconditionnelle. Il a rôle de conseil. S’il vous ment en vous disant que vous avez raison, il passera à côté des bons éléments de votre dossier qui vous feront gagner.

En revanche, l’écoute et la compréhension sont de bons indices. N’oubliez pas que l’avocat est aussi celui qui doit porter votre histoire, votre parole.

D’autres critères peuvent aider votre choix, attention aux faux amis.

- L’âge
Il est logique de penser qu’un avocat âgé est plus expérimenté. C’est vrai mais de jeunes avocats compétents et passionnés sont tout autant efficaces.

- De beaux bureaux
Ah les signes extérieurs de richesse ! Cela démontre que l’avocat choisi réussit, et donc attire des clients payants, et donc réussit, et donc etc…
Un avocat est un entrepreneur. Attention néanmoins à ce qu’il ne fasse pas passer la logique de la rentabilité avant vos intérêts.

- Le genre
Beaucoup de clients (hommes ou femmes) m’ont avoué m’avoir choisi parce que je suis une femme. Leurs préjugés les ont donc convaincus que j’étais plus à même de comprendre leur problématique.
C’est une erreur. Un avocat est justement là pour combattre les pré-jugements.

Partager cet article

À lire également...